Le Pape condamne la théorie du genre dans les ouvrages scolaires Français

Dimanche 2 octobre, le pape François a accusé les manuels scolaires français de propager un « sournois endoctrinement de la théorie du genre » ». On peut féliciter le pape pour cette prise de position compatible avec la doctrine chrétienne, ce qui fait écho à ses déclaration de la semaine dernière, soutenant les manifestations contre le mariage entre les couples de même sexe au Mexique, ou lorsqu’il a expliqué dans le cadre de la campagne américaine qu’il y avait des point non-négociable et que voter pour une personne en faveur d’une totale libéralisation de l’avortement et du mariage entre couple de même sexe n’était pas possible pour un catholique.

Suite à cette déclaration du souverain pontife, Najat Vallaud-Belkace a déclaré : « «Je regrette ces paroles légères et infondées» et que « La théorie du genre n’existe même pas dans ces livres ». En précisant « dans ces livres », elle reconnaît explicitement que la théorie du genre existe. Comme les personnes la diffusant rabâchent que cette théorie du genre n’existe pas, et qu’il n’y a que des « études de genre », il est nécessaire de préciser ce que sont l’un et l’autre.

Une « étude de genre » est une recherche qui tient compte du sexe des individus comme variable, par exemple étudier l’effet d’un médicament en fonction du sexe des patient, pour apporter une meilleure thérapeutique. Ces « études de genre » devrait donc conduire à une meilleure prise en compte de l’altérité homme-femme. La « théorie du genre » pour sa part, peut-être résumé ainsi : « Les hommes et les femmes se comportent différemment en fonction d’un conditionnement dû aux interactions qui n’auront pas été les mêmes en fonction de leur sexe. ». Cette théorie ouvre un champs d’action puisqu’elle entraine « La discrimination des femmes est issue d’une différence de rôle et de comportement dans la société, elle-même issue d’une différence de traitement dès le plus jeune âge. Ainsi en supprimant toute différence d’éducation entre les enfants en fonction de leur sexe, on participe à la lutte contre les inégalités homme-femme ».

Cette théorie égalitariste est très facile à mettre en défaut, en effet, le cerveau d’un nourrisson est déjà différant à la naissance en fonction de son sexe, et la raison biologique a été décrite. Cette différenciation cérébrale commence des le premier trimestre in-utéro, elle est donc complètement indépendante d’un contexte sociale. On peut également la mettre en défaut en observant le comportement de jeunes primates en présence de jouet, ou tout simplement en voyant qu’en imposant l’égalitarisme dès le plus jeune age, on ne change rien à la situation, comme dans les pays scandinaves.

Nous pouvons féliciter le pape François pour ses prises de position récentes, lui qui ne nous avez pas habitué à ce genre de propos. Pouvons-nous espérer qu’il continue sur sa lancé en combattant tout le dispositif qui s’installe pour détruire l’Europe chrétienne ?

Publicités
Cet article a été publié dans Spiritualité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s