Pourquoi en temps que chrétien doit on respecter les personnes homosexuelles, malgré la haine qu’ils ont à notre égard ?

Pour ceux qui ne savent pas, je soutiens Force Vie, et ceux week-end il y a eu pas mal de choses à dire: 

Ce week-end, je réalise bien à quel point certaines idées sont dérangeantes. Hier, le label Force Vie a subis deux attaques simultanés et il y a de quoi se demandé si les deux groupes qui les ont lancé étaient de connivence, les militant FN déguisé en lapin crétin qui on perturbé le meeting, pendant que les comptes sur les réseaux sociaux piraté par des antifa faisait passer des messages insultants/homophobes ) partir de nos comptes… 
Est ce que ces entités sont relié un une plus grande organisation qui souhaite diffuser des faux scandales pour nous dénigrer… 
 
Si l’on s’attaque à nous, c’est bien que l’on dérange, tous les partisans de la pensé unique PS-UMP-FN … et que l’on va certainement créer la surprise et les dépouiller de quelques sièges… En attendant, hier en voyant les messages de haine à l’égard des homosexuels qui semble provenir de nous, j’ai écrit ce petit texte destiné à tous ceux qui ne vivent que dans la haine: 
 

Note sur le respect de la dignité humaine sans exception

Après avoir vu quelques propos insultants envers les personnes homosexuelles. Je vous partage quelques pistes pour voir le problème sous un autre jour et ne pas tomber dans la haine, même face au mépris et à la violence qu’ils ont à notre égard.

La pathologie homosexuelle :

Il y a causes identifiées à l’homosexualité, tel que l’abus sexuel (Bartholow et al. 1994; Beitchman et al. 1992; Doll et al. 1992), les violences domestiques (Schilit et al. 1991), l’absence du père et le fantasme de la mère pour un enfant de l’autre sexe (Buhrich et McConaghy 1978).

Vous me direz, tous les homosexuels n’ont pas vécu cela, loin de moi l’idée caricaturale de limiter les raisons de l’homosexualité à ceci. Il serait intéressant de faire des études sur la violence scolaire en maternel/primaire, les hormones déversées dans la nature, l’exposition à du contenu sexuellement explicite (et pas uniquement la pornographie, mais aussi, la télé-réalité, certains clips etc…) à des âges précoces où l’enfant n’est pas encore au clair avec son sexe etc. De mes cours de psychologie, je me rappelle qu’à 6 ans, presque la moitié des filles peuvent penser qu’un pénis puisse leur pousser, et qu’elle puisse devenir un garçon. Il faut donc veilleur à ce que des image à caractère sexuel n’aille pas déstabiliser ce savoir en cours d’acquisition. Le cas de la violence scolaire (surtout en primaire) est assez intéressant, en effet certain pseudo-défenseur de la cause homosexuelle prétendent qu’ils sont persécutés des l’enfance à cause de leur orientation, existe-t-il un moyen de savoir qui cause quoi ?

Un cas d’école :

J’ai malgré moi, trouvé un terrain d’étude idéal du développement de l’orientation sexuelle, et ceux à travers la communauté asexuelle. En effet, n’exprimant pas de désir sexuel pour les autres, les choses dont ils ont été victimes ne peuvent pas être lié à l’expression de leur orientation. En arpentant le forum AVEN, on remarque plusieurs choses qui pourrait servir de base à des études épidémiologiques : à peu près la moitié des personnes inscrites sur leur site se déclare homosexuel/bisexuel. Si la proportion était juste légèrement supérieur à la moyenne de la population totale, on pourrait y voir juste un plus grand questionnement de la part des homosexuels, mais avec une telle proportion il n’y a que deux raisons (non exclusive) AVEN n’est pas représentatif de la population asexuelle (ce qui est fort probable au vu de leur rapprochement avec l’inter-LGBT, décision prise avec l’accord de la majorité, bref, si 25% des utilisateurs ne souhaite pas être associé, ils ne compte pas, et s’en iront ou seront banni, le sectarisme et l’intolérance au sein de ces groupes est remarquable) ou il y a une liaison entre l’apparition de l’homosexualité et de l’asexualité, ce qui une fois de plus nous ramène à la pathologie. En lisant des présentations et un topic à ce sujet il apparait que près de la moitié des asexuels ont subis des violences scolaires (en particulier en primaire, quand les enfants sont en phase de latence sexuelle). Donc on peut considérer que c’est la maltraitance qui engendre l’orientation sexuelle et non l’inverse.

Le vrai problème des personnes homosexuelles :

Plutôt que d’entamé un discoure vain pour démontré le coté pathologique à une personne qui refusera d’ouvrir les yeux, tel l’alcoolique qui vie dans le déni de son mal, il faut s’intéresser aux vrais problèmes.

Les violences qu’ils subissent au quotidien au sein de leur couples sont ignorés (Johnson et Ferraro 2000), et même tues par un certain lobby en 4 lettres qui tient à dresser un tableau parfait de l’homosexualité. Le déni de l’état pathologique dont ils souffrent, les conduit à un sentiment de persécution, et une forme d’agressivité envers tout ceux avec qui ils ne sont pas d’accord. Ils se protègent dans leur microcosme avec leur bon-sens imaginaire dans une pensé qui ne serait être remise en question, au risque de voir leur univers s’écrouler. J’ai eu cette discutions avec l’un d’eux assez sur-réaliste, en lui disant qu’un enfant avait besoin de repaire pour se construire, il m’a répondu « Non, un enfant n’a pas besoin de repaire pour se construire. ». Toute discutions argumenté est donc impossible car nous approchons du niveau -1 de la pensé. On peut aussi se posé la question de savoir si sa réponse viens du fait de négligence dans l’enfance, cela dit, vu l’agressivité qu’il portait à mon égard, il aurait été impossible de creuser cela plus loin.

Comportement à adopter :

La personne homosexuelle est une personne en état de souffrance, il ne faut donc pas la blesser d’avantage. Ne pas la blesser, ne signifie pas accepter tous ses caprices, en particulier si des enfants sont en jeu. Il est en effet connu de tous qu’il est mauvais pour un enfant d’être élevé par un couple de même sexe (Regnerus 2012).

Nous devons en temps que chrétien (valable pour à peu près toutes les religions et philosophie), les respecter, comme nous respections tout ceux qui souffre de pathologie. Ils n’en sont pas responsable, mais victimes. Ils en sont mêmes victimes à deux niveaux, au niveau individuel, car leur histoire et ce qu’ils ont vécu les a façonné de la sorte, et au niveau sociétal car les écroulements de société ont toujours été accompagné par une forte prévalence de l’homosexualité, il serait d’un raccourci douteux d’accuser les homosexuels du déclin de la société, des lors qu’il semble clair à la lumière des événements en cours que la décadence de la société produit l’homosexualité.

Bibliographie :

Bartholow, Bradford N., Lynda S. Doll, Dan Joy, John M. Douglas Jr., Gail Bolan, Janet S. Harrison, Patricia M. Moss, et David McKirnan. 1994. « Emotional, behavioral, and HIV risks associated with sexual abuse among adult homosexual and bisexual men ». Child Abuse & Neglect 18 (9): 745 761. doi:10.1016/0145-2134(94)00042-5.

Beitchman, Joseph H., Kenneth J. Zucker, Jane E. Hood, Granville A. DaCosta, Donna Akman, et Erika Cassavia. 1992. « A review of the long-term effects of child sexual abuse ». Child Abuse & Neglect 16 (1): 101 118. doi:10.1016/0145-2134(92)90011-F.

Buhrich, Neil, et Neil McConaghy. 1978. « Parental Relationships during Childhood in Homosexuality, Transvestism and Transsexualism* ». Australian and New Zealand Journal of Psychiatry 12 (2): 103 108. doi:10.3109/00048677809159601.

Doll, Lynda S., Dan Joy, Brad N. Bartholow, Janet S. Harrison, Gail Bolan, John M. Douglas, Linda E. Saltzman, Patricia M. Moss, et Wanda Delgado. 1992. « Self-reported childhood and adolescent sexual abuse among adult homosexual and bisexual men ». Child Abuse & Neglect 16 (6): 855 864. doi:10.1016/0145-2134(92)90087-8.

Johnson, Michael P., et Kathleen J. Ferraro. 2000. « Research on Domestic Violence in the 1990s: Making Distinctions ». Journal of Marriage and Family 62 (4): 948 963. doi:10.1111/j.1741-3737.2000.00948.x.

Regnerus, Mark. 2012. « How different are the adult children of parents who have same-sex relationships? Findings from the New Family Structures Study ». Social Science Research 41 (4): 752 770. doi:10.1016/j.ssresearch.2012.03.009.

Schilit, Rebecca, Gwat-Yong Lie, Judy Bush, Marilyn Montagne, et Lynn Reyes. 1991. « Intergenerational Transmission of Violence in Lesbian Relationships ». Affilia 6 (1): 72 87. doi:10.1177/088610999100600105.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s