moment d’humour

Dans la rubrique Politique : Fouet
Chirac et Bush sont dans un bar en Arabie Saoudite, en train de boire un verre d’alcool lorsque la police saoudienne les arrête. La consommation d’alcool est une offense grave en Arabie Saoudite.
Ainsi, ils sont tous les deux condamnés à 20 coups de fouet. Alors qu’ils se préparaient à leur punition, le cheik annonça:

– C’est l’anniversaire de ma première épouse aujourd’hui, et elle m’a demandé de permettre à chacun de vous d’exaucer un souhait avant d’être fouettés.

Bush étant le premier, il réfléchit pendant un moment puis dit:

– S’il vous plaît, attachez un oreiller dans mon dos.

Ceci fut fait, mais l’oreiller dura seulement 10 coups de fouet. Quand la punition fut terminée, il a dû être emporté en train de saigner abondamment et de pleurer de douleur.
Vient Chirac.
Le cheik se tourne vers lui et dit:

– Vous venez d’un des endroits les plus beaux du monde et votre culture est une des plus fine au monde. A cause de cela, vous avez le droit à deux souhaits!
Chirac lui répondant:

– Soyez remerciée, votre très royale Altesse pleine de miséricorde. En reconnaissance de votre bonté, mon premier voeu sera que vous ne me donniez pas 20, mais CENT coups de fouet!

– Non seulement vous êtes un honorable et puissant gentilhomme, mais vous êtes aussi très brave. Si 100 coups de fouet est votre souhait, qu’il en soit ainsi.
Et quel sera votre second souhait? demanda le Cheik:

– Attachez-moi Bush sur le dos.

Dans la rubrique Adultes : Peluche
Une femme rencontre un très bel homme dans un bar.
Ils parlent, ils ont une connexion entre eux, ils partent ensemble.
Ils arrivent chez lui, et il lui fait visiter son appartement.
Elle remarque que sa chambre est remplie de petits nounours.
Une centaine de petites peluches sur une étagère qui font toute la largeur du mur; les tous petits oursons sur l’étagère du bas, les ours moyens, bien rangés sur l’étagère du milieu, et les immensément grandes peluches sur l’étagère du haut.
La femme est surprise de voir que cet homme a une aussi grande collection d’ours en peluche, elle ne montre pas son étonnement, mais elle est émue par la sensibilité de cet homme.
Elle se retourne vers lui… ils s’embrassent… ils s’arrachent leurs vêtements et font l’amour passionnément.
Après une nuit intense en ébats et en émotions, ils restent couchés là avec l’esprit un peu dans le brouillard, la femme se retourne dans le lit et lui demande en souriant,
"Alors, heureux? "
Et l’homme lui répond : 
" Ça va…tu peux choisir n’importe quel lot sur l’étagère du bas."

Publicités
Cet article a été publié dans Y'en a sous l'béré!. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s